Biographie
par on janvier 19, 2017 dans Page d'accueil

Chanteuse, comédienne, auteure et réalisatrice/metteur en scène, Kameliya Afshari est une jeune franco-iranienne née en 1994 à Lille.

Kameliya Afshari étudie la musique depuis l’âge de 6 ans en conservatoire. Commençant d’abord par sa petite école de musique de quartier, elle décide rapidement que le chant serait son seul instrument après avoir réussi à massacrer gentil coquelicot au violon.

Elle fait ensuite une rencontre en 2008 qui s’avérera déterminante pour sa carrière : Pascale Diéval-Wils, chef du Chœur Maîtrisien et directrice du conservatoire de Wasquehal. Elle passe sa 1ère audition et est prise. Elle y reste 6 ans où elle apprend à se professionnaliser dans la musique (chant polyphonique dans différentes langues), de sa voix jusqu’à son image, du montage de programme à la réalisation de concerts et de projets artistiques. Ses 6 années d’aventures lui auront permis de découvrir divers répertoires musicaux

En 2009, elle chante notamment au Théâtre des Champs-Elysées à Paris la Passion Selon Saint-Matthieu de J-S Bach dirigée par Jean-Claude Malgoire. Sous une pluie battante, elle entonne la Marseillaise et le Chant des Partisans avec le Chœur de l’Armée Française lors du défilé le 14 juillet 2010 sur les Champs-Elysées. Elle prend part à la tournée du Choeur en Pologne et au Portugal et échange avec les choristes du pays, découvrant de nouvelles musiques et  cultures. Elle participe également à l’enregistrement du tout premier album du Choeur Maîtrisien réalisé en 2011.

Grâce à toutes ses expériences, elle comprend très vite qu’elle ne se verrait pas autrement que sur scène plus tard. Que cela soit en chantant ou en jouant la comédie. Car Kameliya n’est pas qu’animée par la musique. Elle l’est aussi par le théâtre.

Déjà petite, c’était le petit clown de la famille. Ca n’est qu’en comédienne grâce à une formidable rencontre : Monsieur Daullet. Entraînant régulièrement ses élèves par des sketches ou petites impros qui aboutiront au « drama club » (productions de petites pièces en anglais).

A l’âge de 15 ans, elle apprend tous les corps de métiers relatifs à l’univers de théâtre, dont celui de metteur en scène, lors d’un stage d’observation au théâtre Le Prato.

Pour développer sa voix en solo, elle prend des cours de chant lyrique auprès de Valérie Poivre au conservatoire de Wasquehal à 16 ans. La même année, elle intègre un stage dans la section art dramatique au Conservatoire Régional de Lille avec Sébastien Lenglet et Vincent Goethals en tant que comédienne. S’en suivront des interprétations théâtrales aussi bien classiques (Magdelon dans les Précieuses ridicules de Molière) et contemporaines (la petite fille dans le Voyage de Monsieur Périchon).

En 2012, elle intègre la licence musicologie à Lille 3 et rejoint en même temps Qu’Artz, chœur adulte dirigé par Pascale Diéval sur un répertoire de musique sacrée et profane (Monteverdi), ainsi que Brahms, Schubert et Stravinsky. La même année, elle dirige une chorale de 60 personnes (Les 4 saisons) à Wasquehal.

Elle enchaîne en 2013 avec le Conservatoire Régional de Lille en chant lyrique avec Françoise Semellaz, le chœur de chambre, ainsi qu’un stage auprès de Nobukko Takahashi.

En 2014, elle intègre la classe de chant de Brigitte Toulon au conservatoire de Roubaix, puis l’atelier lyrique qui mêle théâtre et chant lyrique (rôle du jeune metteur en scène comique et celui de la vieille Marceline dans une réadaptation des Noces de Figaro).

Elle continue le théâtre en entrant en classe d’art dramatique avec Jean-Louis Bertsch qui lui permettra d’explorer une autre manière d’envisager son corps et ses mouvements, aisni que son jeu scénique dans sa globalité (rôle de Sanja, ado rebelle et en marge d’une société en temps de guerre et le rôle de Maud dans une pièce écrite et mise en scène par Antoine Domingos).

Elle participe à des jam cessions qui aident à développer son répertoire jazz vocal complémentaire de l’apprentissage lyrique précédent. Elle travaille les standards de jazz, en suivant les influences de Gerswhin, d’Etta James, d’Ella Fitzgerald et Nina Simone, mais s’intéresse aussi au blues et au rock’n roll avec Muddy Waters, Little Walter, Howlin Wolf, Willie Dixon et Chuck Berry.

Ses premières prestations mêlent le lyrique et le jazz, et Kameliya se produit (seule) au Spotlight à Lille, pour des associations, au festival de Proust, et dans des galeries d’art (PPGM à Roubaix).

En 2015, elle enregistre ses premiers vidéos clips en tant que chanteuse et réalisatrice grâce à Jonathan Sédivy et Alassane Sissoko. Elle collabore en 2016 au projet du clip Les berceaux de Fauré avec Simon Fache au piano.

En parallèle, elle part pour Londres en 2015 où elle fait de nombreuses rencontres bienveillantes et productives qui l’aident et lui permettront de chanter au Ivy Club à Leicester square, ainsi qu’au Millenium Hotel dans le cadre d’une soirée privée. Elle revient ensuite en France avec un nouveau spectacle en tête qui sera programmé en 2016 au Kino.

Leave a Reply